de la divine proportion

le-secretairePour l’Intrépide, une bonne façon de faire le lien entre la géométrie, science abstraite et désincarnée qu’il tente d’explorer, et l’homme serait de chercher du coté de la Renaissance et particulièrement de Léonard de Vinci. Lui et ses contemporains ont beaucoup travaillé sur les proportions, les rapports entre les nombres, la suite de Fibonacci, le nombre d’or (1,618). Pour Léonard, c’est une clé qui ouvre les portes de la philosophie, de la peinture, la sculpture, l’architecture, la musique, les disciplines mathématiques et les plus secrètes sciences de la vie. Il a tenté de montrer que les proportions de l’homme idéal étaient liées par des rapports géométriques. Dans le fameux « homme de Vitruve », il inscrit l’homme à la fois dans un cercle et dans un carré. Quant à son nombril, il est aussi placé par rapport au corps entier selon le nombre d’or, c’est à dire que le rapport entre la hauteur totale du corps et la hauteur du nombril est …1,618.

homme de vitruve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *