centre… de rétention administrative

images Un grand bonjour aux lecteurs des aventures de l’Intrépide Centripète. Je m’en voudrais de gâcher votre plaisir à suivre ses tribulations, mais je profite de son incursion sur le territoire de la politique pour évoquer un peu les CRA, autrement dit les centres de rétention administrative. On en parle trop peu dans les média et leur fonctionnement est loin d’être exemplaire. Ils ont pour fonction de retenir enfermés les étrangers en situation irrégulière, clandestins, sans-papiers, réfugiés politiques mais aussi parfois touristes qui ont perdu leurs documents, le temps qu’on statue sur leur cas! A l’intérieur, malgré les normes édictées, la situation est bien loin d’être brillante avec le plus souvent une surpopulation, des conditions d’hygiène et d’accès au droit non respectées, des enfants enfermés en même temps que les parents, des reconduites expéditives à la frontière, etc…Les textes prévoient une durée d’enfermement maximum de 45 jours, au delà de laquelle le Juge des Libertés doit procéder à la libération de la personne. Mais bien souvent celle-ci ne fait l’objet d’aucun suivi, repart dans la clandestinité et à l’occasion d’un contrôle de papiers peut revenir à la case départ. Nous avons réalisé un documentaire « Contre les murs » pour témoigner des conditons de vie, à la fois de ces personnes mais également du beau travail des associations comme la Cimade, RESF, GISTI et des parlementaires qui veulent bien s’investir dans ce combat pour la dignité humaine et le respect du droit d’asile. Je sais bien que ce n’est pas ce type de centre que recherche notre cycliste, mais je voulais profiter de l’occasion pour témoigner de la réalité de ces centres-là, quelque soit le bord politique. Neus V.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *