et l’ hélice

lICEn cours de route et moyennant un petit détour, je suis allé saluer Monsieur Sauvage. La plaque précise qu’il est l’inventeur boulonnais « universellement connu pour avoir appliqué le principe de l’hélice à la navigation maritime« . Cela me fournit l’occasion d’une réflexion technico-philosophique circulaire : ma roue de vélo tourne dans la même direction que ma direction générale. Alors que l’hélice, elle, est perpendiculaire à la marche du bateau. Et ça fonctionne quand même. Je ne sais si vous me suivez. Et je réalise alors que les pales de l’hélicopère, elles, tournent encore dans un autre plan par rapport à l’engin et ça marche aussi. Finalement, je me dis, du moment que ça tourne et que ça brasse du vent ou de la route ou de l’eau, les choses avancent. Tant que ça vire, y a de l’espoir !
11-Sauvage.

lIC  Je ne crois pas que ce genre d’aventure ait besoin de se mesurer en kilomètres. J’aimerais arriver à laisser de côté tous les chiffres qui ne sont pas strictement indispensables à ma survie, l’âge, le poids, la durée, les longueurs et les prix. A quelle distance sommes-nous de notre propre vie ? Laissez-moi plutôt vous présenter quelques photographies prises au cours de mon périple.