chapitre2

silouet

J’ai dressé loin des bruits
Un priape des bois
Il rit indifférent aux inconstantes fêtes
Autant du large azur que des nuages gris
Car flamboie sous la rude écorce de sa tête
Un amour que jamais personne n’a compris.

Jean Giono

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *