le-secretaireMerci pour cette sympathique invitation à Bomarzo. Moi-même je m’y étais rendu il y a pas mal d’années de cela, c’est vrai qu’il s’en dégageait un charme indéfinissable. Mais il est vrai que je n’étais pas tout seul et que la jeune personne qui m’accompagnait n’était pas pour rien dans l’aspect romantique de la visite. Je vais toutefois ajouter Bomarzo à la liste des destinations possibles. Mais je ne pense pas que l’Intrépide soit en quête du grand frisson en se frottant à un mystère alchimico-architecturo-ésotérico-mystico-italo.J’ai l’impression que ce chapitre sur les centres occultes semble plutôt le tournebouler. Je le sens déconcerté,…déconcentré. Un comble pour quelqu’un qui cherche son centre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *